Partagez
Aller en bas
marcus miragos
marcus miragos
Membre

Nombre de messages : 43
Age : 37
Distinction : aucune
Date d'inscription : 23/07/2014

La saga d'un grand guerrier! Empty La saga d'un grand guerrier!

le Mer 13 Aoû 2014 - 22:39
Alors, je me permet de déposer une histoire que j'ai écrite, du temps où j'étais un joueur actif d'une ligue de BloodBowl. Pour ceux qui ne connaissent pas le BloodBowl, Google ça existe! Mais sachez que ça se passe dans le monde de Warhammer (le jeu de figurines), mais avec un ton bien plus drôle.

Pour cette histoire, je tenais à rendre un de mes joueurs vraiment héroïque, et j'en ai fait le plus grand guerrier saurus de tout les temps, tout en m'inspirant d'un de mes films culte que vous devriez reconnaître sans problème.

Il y a en tout 5 épisodes (que j'ai mis 5 mois à écrire d''ailleurs...), et j'en posterais un par jour histoire de ne pas rendre la lecture indigeste.

Bien entendu, l'histoire prend en compte toute le RP que la ligue a mis en place, et certaines références vous échapperont, et j'en suis pas du tout désolé  Twisted Evil 

Sur ce, bonne lecture pour ce premier épisode.


La Saga d'Erik Stoffe le Noir - Episode 1


Avant l’essor de BloodBowl City et la naissance des fils de Sigmar, il est une histoire fort peu connue dont le héros est …. Erik Stoffe le noir, destiné à retrouver le trésor de la cité de la pluie tombé dans des mains plus que peu recommandables…
C’est moi son chroniqueur qui seul peut raconter son épopée…
Laissez vous narrer ces jours de grandes aventures…Et de bonnes saouleries entre compagnons !


Avant de connaître une gloire relative et de nombreuses aventures à travers notre vieux monde ( Copyright GW ), Erik Stoffe sortit le bout de ses nasaux dans une couvée anonyme qu’aucun signe ne prédestinait au moindre exploit ou prophétie apocalyptiques. La couleur de ses écailles, d’un noir d’ébène en décida autrement, et il fut nommé Axothyilpemnaco (ce qui ne signifie rien mais sonne bien pour une oreille lézards)! Les anciens avaient décidé que cet avorton tout juste sorti d’un œuf, et mesurant au bas mot 12 centimètres, deviendrait le plus grand guerriers saurus d’aussi loin que toutes mémoires de lézards se souviennent ( soit pas beaucoup de temps…).

Son histoire fut pourtant dans ses débuts une vraie tragédie : Parti en chasse avec ses aînés et ses frères, il fut pris dans une embuscade skavens. Ses aînés massacrés, lui et ses frères capturés, il fut amené loin au nord et condamné à un des plus immondes travaux que le plus putride des skavens refuserait : faire tourner la machine broyant les ordures et excréments du clan dont il était prisonnier.

Ainsi années après années, pendant que ses frères mourraient d’épuisement l’un après l’autre, il forgea son corps qui prit des proportions jamais vu alors. Il devint aussi large que haut, son cœur habitué au souffrance était devenu plus performante que la plus productive des machines naines, ses pattes postérieurs étaient si épaisses que les plus pointus des cailloux étaient brisés sous le choc sans qu’il en ressente le moindre picotement. Les skavens ne savaient pas qu’ils avaient forgés, dans leur besoin continuel d’esclave, la pire des armes de destruction massive…

Finalement arraché à la machine aux relents si nauséabond, il fut jeté dans une fosse entourée sur ses rebords par une foule de rats vociférants et sifflants. Aucunement effrayé, il vit en face de lui une grille se lever, et du trou obscur sortit une immonde bête à deux têtes et encore plus haut que notre héros ! Il comprit alors qu’il avait été promu gladiateur pour les plaisirs de cette foule pathétique et poilue. Hurlant toute une rage issu de centaines de générations d’évolution culturelle quasi nulle, et de quelques manipulations des cerveaux bien dosées, la bête que les orques appellent OGM (Oribl’ Gran Machinchoz) fonça sur le saurus promis par ses geôliers à une carrière fulgurante dans le monde du spectacle. Mais, prenant appui sur ses solides pattes arrières, le lézards stoppa net la course du rat ogre qui perdit son souffle, ses faibles cerveaux ressentant deux énormes vrilles s’enfonçant dans leurs poumons, ces vrilles n’étant que des bras griffus et plein d’écailles. Axothyilpemnaco (oui c’est long à écrire….) souleva le gigantesque corps au dessus de sa tête puis le jeta contre des lances, mise sans doute par erreur sur un des murs de la fosse.

Le public en resta bouche bée. Conscient du potentiel destructeur de la bête, et surtout du coup en rat ogre qu’il pourrait coûter, sa carrière de gladiateur prit fin immédiatement, mais pas pour la raison d’origine ! Libéré seul dans une jungle inconnue, le puissant saurus fit connaissance avec le monde extérieur en combattant des moustiques et autres bêtes nuisibles. Il fit ensuite connaissance de gigantesque tigres qui lui servirent de prêt à porter pour les nuits froides, car oui on peut être costaud et solide comme un roc mais être tout de même frileux.

C’est tout de même pratiquement au bout de ses forces qu’il parvient malgré tout au contact d’une autre civilisation : une tribu de fameuses guerrières immortelles nommées amazones. Bien qu’immortelles et guerrières, les femmes restent des femmes, et peu regardante sur l’apparence reptilienne de leur visiteur, elle furent impressionnée par ses pectoraux saillants et ses biceps d’acier. Entraîné à tous les arts du combat, Axothyilpemnaco (pfffff) permit à ses muscles de devenir autre chose que de simples atours esthétiques. Il parcourt également la jungle avec ses consoeurs, devint un véritable pisteur et visita même des ruines de sa race, laissées sans doute à l’abandon suite à une autre guerre comme il y en a régulièrement. Devenu célèbre dans la région, il offrit ses services de guide à la colonie de nordiques installée une vingtaine de lieues à l’est du campement de la tribu. Sa valeur au combat fut de nouvelles fois prouvée au cours de ses escapades dans la jungle, souvent à la recherche d’un hypothétique trésor sans doute légendaire….

Alors qu’il traînait dans la colonie sans chercher quoi que ce soit excepté un peu de tranquillité, un enfant nordique lui tendit un minuscule bout de parchemin puis s’éloigna à toute jambe la missive une fois transmise. Le saurus regarda le parchemin marqué d’un sceau qu’il connaissait bien : celui de l’auberge « Au yéti mal luné ». Il la connaissait bien cette auberge, oh oui !!! Il avait connu ses premières de saoulard dans cet endroit festif, et le lendemain la même phrase lui revenait à chaque fois : « plus jamais ça !».

Il pénétra dans l’auberge, toujours mal éclairé en journée, et au fond du sombre endroit il aperçut un homme assis derrière une table lui faisant signe. Il avança jusqu'à l’homme qui lui proposa de s’asseoir, ce qu’il fit.

« Merci d’être venu mon cher ! Excusez ce procédé peu courant, mais je dois rester … hum…discret »

Le saurus répondit à l’humain ainsi : « J’espère que c’est pour une bonne raison ! »
-Oh bien sur, je vous ai demandé vous car vous êtes réputé pour être le meilleur guide du pays, donc il est logique que je m’adresse à l’élite de la profession.
-… , rétorqua le lézard pas du tout atteint par la flatterie.
-Hum je vous explique : nous sommes quatre compagnons à la recherche de la cité de la pluie abandonné depuis plusieurs siècles. Nous voulons effectuer … hum… des recherches…. Archéologiques ! Mais c’est déjà difficile de se retrouver dans la jungle, alors à la recherche d’une citée perdue vous imaginez, hahahaha !!!

N’ayant pas compris le trait d’humour, Axothyilpemnaco (…) examina son interlocuteur. D’après ce qu’il connaissait de la physiologie humaine, son visage était assez beau et bien formé, et son corps svelte paraissait solide et largement capable de traverser la jungle.

-Très bien, je serais votre guide ! Et je me nomme Axothyilpemnaco mais vous pouvez m’appeler Axo !
-Oh merci nous vous revaudrons cela ! Quant à moi je me nomme Naidisbo….
marcus miragos
marcus miragos
Membre

Nombre de messages : 43
Age : 37
Distinction : aucune
Date d'inscription : 23/07/2014

La saga d'un grand guerrier! Empty Re: La saga d'un grand guerrier!

le Jeu 14 Aoû 2014 - 10:18
2e épisode

Notre héros plein d’écailles reparti ainsi affublés de quatre compagnons, tous plus ou moins étrange. A travers les chemins broussailleux de la jungle, il analysa leurs comportements observés dans la colonie : Le premier d’entre eux, son interlocuteur et employeur principal pour cette mission, le nommé Naidisbo, montrait un visage serein et bien formé, et son corps athlétique bien que mince, faisait signe d’une grande force, son comportement dans la jungle le confirmait puisqu’il progressait aisément sans la moindre plainte et le sourire aux lèvres, comme poussé par une motivation inconnue.
Le deuxième se nomme Ralaht, une sorte de bovin stupide aux biceps démesurés ! Il l’aperçut pour la première fois accompagné de Naidisbo alors qu’il était en train de porter un porc adulte sous chacun de ses bras hypertrophiés. Il souhaitait emmener ces énorme gorets comme provision pour l’expédition à venir, mais trimbaler de tels animaux dans le jungle n’est guère aisé lui rappela son collègue….
Le suivant se nomme quant à lui Pluop. Le saurus le vit immédiatement après Ralaht, sortant d’une pension de jeune fille nommé « A la cuisse légère », entouré de deux paires de ces fameuse cuisses justement. Après quelques baisers fougueux et deux ou trois contact main-fessier, Pluop accepta de partir après qu’une autre jeune femme lui hurla dessus, un nourrisson dans les bras….
Quant au dernier, Dartshaj, et bien….. difficile de dire quoique se soit sur lui. Depuis le début couvert d’une cape équipe d’une capuche ne laissant montrer qu’un sourire malsain, son moyen de communication le plus fréquent semblant être sa dague sur laquelle une de ses mains est toujours posée, l’un des nordiques avinés de la colonie ayant fait les frais des méthodes de discussion de cet être aussi sombre que mystérieux….

Désormais dans une jungle soit disant impénétrable, les cinq voyageurs progressaient rapidement, guidé par le saurien infatigable et connaisseur de cette verdure aux multiples dangers. La jungle de cette région de Lustrie n’est pas la plus dangereuse, car exempt de cité hommes-lézards habités ou de clan skavens véritablement dangereux, mais sa faune sauvage n’en reste pas moins hostile. Les tigres aux mâchoires aussi puissantes que leur pattes arrières, des araignées mortelles grosse comme des skinks dont le corps peut libérer une fois morte un milliers de membres de leurs progénitures qui ensemble sont tout aussi dangereuse, et surtout des colibris chanteurs dont le chant strident et désaccordé ferait crier grâce même au plus ardent défenseurs du médiocre et néanmoins célèbre ménestrel Justinien Bibière.

Et c’est au bout de trois mois d’errances et d’éradication de la faune locale, que le groupe de voyageurs découvrit la cité de la pluie qui du coup venait de perdre son statut de « citée perdue » ! Ils entrèrent alors par une brèche éventrant les remparts envahis par une végétation encombrante, et furent stupéfait par leurs découvertes ! Bien qu’abandonnée, la cité n’était ni en ruine, ni même recouverte de lierre de mauvais goûts. Ils s’avancèrent alors dans l’allée centrale, en direction de la gigantesque pyramide d’où provenait une lumière qui en ce lieu paraissait irréelle. Et une fois dans la pyramide, la lumière révéla son identité : une gigantesque masse de pièces et d’objet en or était entreposé dans l’édifice tout aussi gigantesque.
Les visage de Naidisbo, Ralaht et Pluop se transformèrent et devinrent hilare tout en étant accompagné de cris de joie, en même temps qu’ils se jetaient sur le trésor de la citée de la pluie. Le visage de Dartshaj lui ne fit que montrer des dents sur son sourire énigmatique.

-Je vais enfin manger à ma faim ! Je vais pourvoir m’acheter des kilos de nourriture, des tonnes de nourriture et m’empiffrer durant des décennies, cria Naidisbo.
-Je vais m’acheter de la fonte par quintal et rendre mes biceps plus puissant qu’ils ne le sont !!!! hurla Ralaht.
-Je vais BIIIIP des BIIIIIIP toute ma vie, et je vais même pourvoir les BIIIIIP les BIIIIIIIIP, éructa Pluop.

Notre héros Axothyilpemnaco (car je le rappelle c’est ainsi qu’il se nomme) fut pris d’un énorme doute une fois son cerveau reptilien mis en marche.

-Attendez, protesta t’il, vous m’avez dit que vous étiez ici pour faire des recherches archéologique !!!

Sa protestation n’eut comme retour que des rires étouffés, puis un coup donné avec précision à l’arrière de sa nuque massive. Le saurus s’écroula par terre, conscient mais incapable de bouger, les yeux sombre de Dartshaj le fixant. Il eu le droit à toute la conversation concernant son avenir : Naidisbo , qui avait déjà perdu son visage si gracieux voulait l’étriper et même le dévorer, Pluop étant d’accord mais voulait d’abord essayé quelque petite choses perverses avant et après sa mort. Ralaht voulait le lancer depuis le haut des remparts le plus loin possible pour tester une dernière fois sa force sur des êtres vivant. Dartshaj mis tout le monde d’accord en leur conseillant de le jeter dans un des puits de la cité, car le cuir et les os d’un saurus sont bien plus solide qu’on le pense, et parce que son coup paralysant n’avait pas un effet éternel. Ainsi, Axothyilpemnaco fut jeté par Ralaht dans un des puits de la cité de la pluie, qui portait décidément mal son nom, le puits étant vide de tout liquide.
Le saurus, décidément très solide, put se relever quelques instant plus tard avec tout de même un petit mal au crâne. De ces anciens compagnons de voyages il n’entendit qu’un mot depuis son fond sombre : BloodBowl, un mot désormais gravé dans sa tête têtue de reptile. Il se mit ensuite à progresser à tâtons dans la pénombre, cherchant une potentielle issue. Les puits dans les citées sont généralement reliés entre eux et celui là ne faisait pas exception. Et ils sont également reliés à un point d’eau situé en dehors de la cité, et il ne restait plus qu’à le trouver.
Il est incapable de se rappeler combien de temps il chercha dans la pénombre, en frottant des roches secs, une quelconque sortie, mais le temps lui parut d’un coup moins long quand il parvient à se faire une torche avec deux silex et une branche. Désormais à nouveau doué de la vue, sa progression se fit plus rapide, et il trouva un chemin au pierre plus humide, puis carrément mouillé jusqu’à se retrouver avec de l’eau jusqu’à ses genoux. Dans ce boyau rocheux, il dut faire face à des rats vorace, sorte de sous être n’ayant pas connu la dégénérescence chaotique des skavens. Leurs morsures étaient tout de même de rude coup pour sa peau pourtant solide, et même avec ses poings et sa torche, il eut bien du mal à se défaire de cet ennemi innombrable.
Et soudain, il tomba dans un trou d’eau. Son corps lourd plongea au plus profond puis fut agité et aspiré dans un tourbillon avant d’être expulsé par chance dans une direction qui semblait être le haut, car les sens du reptile était trop désorienté pour oser la différencier d’un potentiel bas. Et là son visage retrouva l’air libre, et le ciel. Juste le temps de profiter de cette délivrance offerte à ses puissants poumons qu’il remarqua une chose étrange : l’étendue d’eau était immense ! Le réseau de puits était relié directement à l’océan pourtant distant de centaines de lieues. On peut remarquer l’efficacité des ingénieurs skinks, mais aussi leur stupidité qui permet de comprendre pourquoi la cité a été abandonné, car même un lézard a du mal à boire de l’eau salé…..

Le saurus s’accrocha à une branche d’arbre passant par là et se laissa dériver plusieurs jours, subissant tour à tour la froide pluie provenant du nord, et la brûlure insupportable du soleil.
Sa délivrance pris la forme d’une embarcation prenant une trajectoire aussi aléatoire que sa bouée de fortune. Cela s’expliqua quand il vit qu’il s’agissait d’une embarcation de fiers – mais toujours avinés – nordiques. Ces brave soulard firent monter le reptile dans leur bateau. Impressionné par la bête, il refusèrent de l’appeler par son nom (on les comprend) et le surnommèrent « Stoffe », la Bête justement !

Et donc le nouvellement nommé Stoffe vécu une nouvelle page de sa vie au côté de ces nordiques aventuriers qui ne vivaient que sur les océans, ne faisant des haltes sur les côtes que pour remplir leurs tonneaux. Ils connut ainsi la piraterie, les raids, les massacres, et le plaisir d’écraser ses ennemis, de les voir mourir devant soi et d’entendre les lamentations de leurs femmes ! Mais demeurait toujours en lui la trahison de Naidisbo et ses comparses, ainsi que le désir de la vengeance…..

Après deux années à voguer et piller, il décida de débarquer sur les terres de la lointaine Cathay, quittant ainsi ses amis nordiques. Laissé au milieu de nulle part suite à une erreur de navigation, il ne tarda tout de même pas à trouver une habitation. Mais de celle ci, il vit une lumière une lumière s’échapper, et de cette lumière semblait provenir un rire strident et maléfique. Nullement impressionné, il s’approcha de la masure, et arrivé tout près d’elle, il vit un humain aux épaules gigantesque et aux biceps d’acier en sortir. Le regard froid et sans la moindre émotion, il s’adressa à Stoffe ainsi : « Femme sorcière mauvaise ! » puis s’en alla en tournant le dos au lézard.

Après avoir passé une bonne nuit dans l’habitation désormais libre, Stoffe en fit le tour par curiosité et tombant – ho surprise !! – sur un skink à l’étrange couleur rouge, enchaîné à un rocher. Sans même qu’on lui adresse la parole l’enchaîné commença à déblatérer : « Hey salut toi, tu as pas à manger, moi j’ai demandé à la femelle humaine si elle avait à manger, mais elle m’a dit qu’elle aimait bien les gros lézards comme moi, mais moi je voulais juste à manger, alors elle était pas contente et m’a accroché là, et puis t’es qui toi, t’es un saurus en plus, qu’est ce tu fais là, et t’as pas à manger, et tu peux pas me délivrer ,et…. » Décontenancé par le flot de paroles d’un si petit être, Stoffe lui proposa de le délivrer si il se taisait, puis après dix minutes d’incessant « je peux venir avec toi » il craqua et accepta d’être suivi par ce trop loquace personnage.

Au cours d’une de leur halte repas, Stoffe se risqua à une discussion : « Pries tu les anciens ? »

-Bah bien sur, les anciens c’est nos patrons et c’est eux qui ont tous décidé, en plus ils sont sympa ils m’ont donnés un super prénom, Comptylodtusin, trop bien hin, et en plus sont tellement sympa que quand je suis tombé dans la grande eau, ils ont bien voulu que je sois récupéré par des humains qui m’ont laissé à terre, et après j’ai trouvé la méchante humaine, donc ils sont super nos patrons les anciens, et puis je peux t’appeler patron toi aussi, dis je peux ? je peux ? je peux ?je …
-Ta gueule !!!

Et ainsi Erik Stoffe se retrouva avec un de ses frère miniature collé à lui. N’ayant rien d’autre à faire que supporter ses paroles, il partit dans l’ouest, toujours accompagnés, pour affronter de nombreuses querelles et de nombreux dangers. Il y sera couvert d'honneur et d'éloge. Et sans le savoir, il trouvera le chemin de sa destinée.....

Mais cela, est une autre histoire.
marcus miragos
marcus miragos
Membre

Nombre de messages : 43
Age : 37
Distinction : aucune
Date d'inscription : 23/07/2014

La saga d'un grand guerrier! Empty Re: La saga d'un grand guerrier!

le Ven 15 Aoû 2014 - 8:25
3e Episode

Errant avec son nouvel ami aussi bavard que stupide, Stoffe se mit à parcourir les terres orientales durant de nombreuses lunes. Toujours à la recherche de combat, il fit la connaissance d’une école de maîtres d’armes réputés dans tout Cathay et au delà. Efficacité et élégance allait de paire dans l’art de ses fins escrimeurs, et la sérénité de l’esprit était également nécessaire. Ainsi, Stoffe enseigna les arts et la poésie. Les traités des Tun Szu et de Foncucius devinrent les résumés de sa pensé et de ses manières de vivre. Son esprit libéré et pur, il s’essaya au maniement du sabre, et ses nombreuses défaites ne furent que des victoires supplémentaires pour sa détermination et sa persévérance. Après cinq années d’un long et difficile entraînement, son maître d’armes lui déclara qu’il « était prêt ! ».
Stoffe quitta alors l’académie si prestigieuse, et remarqua immédiatement qu’une bonne massue dans chaque main c’était bien plus pratique que tous ces trucs compliqués…

C’est donc équipés de deux énormes morceaux de bois fortement contondant que Stoffe repartit vers l’ouest…. et toujours suivi d’un affreux skink rouge qui en cinq années a bien failli finir plus d’une fois dans la casserole d’un chef cuistot peu patient !

La peau d’ébène luisante du saurus rendait encore plus impressionnante sa stature de colosse. Son corps n’était plus qu’un amoncellement de muscles. Mais toujours en lui régnait la vengeance et ce mot : BloodBowl.
Un soir près du feu, il revivait les évènements tragiques de la trahison de Naidisbo et de ses trois complices. Il ignorait pratiquement tout d’eux, il savait juste qu’ils étaient des citoyens du lointain empire des humains, de l’autre côté de l’océan (en sachant que Stoffe n’a évidemment pas pris un chemin par le bon océan, ce qui rend le trajet un tantinet plus long…). Ivre de fureur en revoyant ces évènements défiler dans son esprit de saurien, il parvient tout de même à se contenir quand : « Hey tu penses à quoi, hin , tu penses à quoi, moi là en ce moment j’ai bien envie de manger encore, j ai encore faim, ouais j’ai souvent faim, mais je grossis pas, c’est bizarre, hin, tu sais pourquoi toi,….. »
Stoffe se leva soudainement et poussa un hurlement de fureur qui résonna dans toute l’immense plaine. Un immense nuage d’oiseau effrayé s’envola, le bruit de leurs battements d’ailes s’effaçant face au rugissement reptilien. Pour une fois, le petit skink écarlate ne pensa aucunement a parler, mais plutôt à s’enterrer le plus profond possible.
Son immense rage avait atteint un degré de paroxysme qui dépassait toutes les possibilités d’un être au sang froid comme lui. Sa volonté de détruire la bande des quatre traîtres était, est, et sera inébranlable désormais. Mais sur l’instant qui nous intéresse, il avait besoin de se passer les nerfs !
Un massacre de village plus tard, les deux compagnons repartirent de nouveau vers cet ouest si lointain…

Durant les trois années suivantes, ce ne fut que succession de marches, de combats, et de monologues pénibles. Traversant les steppes au milieu d’une maigre population pas toujours hostile, mais l’étant tout de même assez souvent. Se nourrissant de la faune locale, nos deux héros conservèrent des forces prodigieuse. Mais indiscutablement, Stoffe était surtout poussé par la vengeance ; son compagnon quant à lui voulait juste le suivre « parce que c’est le patron quand même, et le patron il est sympa,… »

Un jour de brume, Stoffe et son compagnon virent un animal quadrupède dont ils ignoraient le nom mais connaissait parfaitement ses valeurs nutritives. Stoffe lui couru immédiatement après et par un bond prodigieux lui brisa le crâne et les pattes arrières d’un sublime geste simultané de ses deux massues. Heureux de cette belle prise qui était annonciatrice d’un bon repas, ils furent interrompu dans leur joie par une apparition sortant de la brume : trois immenses ogres se montrèrent, et les trois géants portaient dans chacune de leur mains, d’immense massue aux vertus thérapeutique facile à deviner. Il arrive que des fois, un simple détail change radicalement les choses ; en temps normal, les ogres auraient rués sur Stoffe pour lui arracher la peau, et marché sur le skink sans même s’en apercevoir. Mais dans le cas présent, les ogres ont peut être vu dans le saurus un dieu de la chasse, ou bien un grand guerrier, ou encore juste un pote qui se bat aussi avec deux massues….
Ainsi Stoffe et son compagnon furent conduit dans un village ogres des plus repoussant. Les peaux utilisées pour les tentes sentaient encore l’odeur de l’animal qui commence tout juste à se décomposer, et le tout installé sur un immonde bourbier dans lequel il était impossible de différencier la boue et les excréments. Et au milieu de ces géants à l’hygiène très aléatoire, nos deux héros virent un être qui en ce lieu paraissait totalement irréel, car c’est à des milliers de lieues de la Lustrie qu’ils rencontrèrent … un Kroxigor ! L’animal était dressé au milieu du bourbier ogresque et regardait le saurus et le skink tout autant que ces deux là le faisait pour lui. Et par un quelconque miracle, cet animal stupide sentit son cœur froid plein de chaleur, et c’est dans un geste plein de tendresse et définissant sa joie de retrouver des compatriotes qu’il prit nos deux héros dans ses puissants bras, en les suspendant bien loin au dessus du sol.
C’est tout naturellement que le Kroxigor devint un autre compagnon de Stoffe, et son inaptitude à faire de longues phrases était largement compensé par le débit labiale du skink. Son nom, il ne le connaissait pas, mais les ogres l’avaient surnommé du nom d’un gros carnivore de la région, le Trex, une bête dont l’inaptitude à parlementer est compensé par une capacité à se reconvertir dans la démolition de masse….
Les trois compagnons restèrent dans le village ogres plusieurs semaines, sans même contracter la moindre maladie ( !), mais leur existence fut troublé par une visite inattendue…..

Ce jour avait vu la brume se lever en milieu d’après midi pour laisser place à un ciel grisâtre qui donna en de nombreuse occasions des averses très puissante et froide. En clair, une journée radieuse.
Et c’est ce jour là qu’apparurent ces hommes. Ils étaient quatre, montés sur des chevaux. L’un d’entre eux déroula un parchemin et déclara en lisant : « Peuples des steppes, un grand avenir s’offrent à vous par notre venue. Les quatres grand merveilleux administrateurs que nous représentons cherchent des volontaires pour former de nouvelles équipes de BloodBowl. Rejoignez nous, et c’est la gloire et la fortune qui s’offre à vous. » Il enroula son parchemin et conclu par : « Nous repasserons demain pour chercher les volontaires. », et les quatre cavaliers repartirent aussi vite.
Dans le cerveau de Stoffe, l’ébullition était plus que présente !
« BloodBowl ». Le mot résonnait comme la voix stridente de son bavard compagnon. Le mot qui résonne également avec la trahison dont il fut victime il y a tant d’années.



Les quatre cavaliers avaient décidé de passer la nuit loin du village ogres, et de ses odeurs, et à l’abris d’un des rares arbres de la région. Il dînaient autour d’un feu tout en discutant.
-Tu crois vraiment qu’on va avoir des volontaires ce coup ci ?
-Bien sur ! Je leur ai parlé de fortune à ces crétins, et ils adorent tout ce qui brille !
-N’empêche j’espère qu’ils vont pas s’énerver en chemin….
-Quelqu’un veut encore de sa viande ?

Ce dernier locuteur, un peu éloigné de ses compagnons, entendit soudain trois « POC » simultané, suivit de l’écroulement de ses trois collègues. Stoffe et Trex apparurent alors dans la faible lumière du feu. A peine le temps de se relever que la main griffue de Stoffe serrait sa gorge. Et là se déroula un modèle d’efficacité en matière d’interrogatoire.
-Dis moi tout ce que tu sais, gronda le saurus.
-Nous sommes envoyés par les administrateurs de BloodBowl City à la recherche de nouvelles équipes pour les championnats de BloodBowl, ils viennent d’être ouvert à de nombreuses nouvelles équipes, mais les ogres ne sont pas encore présent et le public réclame des brutes de ce genre pour la prochaine saison. Et d’ailleurs je viens de comprendre pourquoi ils ont interdit les Hommes lézards.
Stoffe le lâcha et lui hurla : « Va dire à tes maîtres qui si ils veulent mes amis ogres, qu’ils viennent se débarrasser de moi mieux qu’ils ne l’ont fait avant !! »
L’homme courut et une fois arrivé à distance de sécurité il s’écria à son tour : « Deux de mes seigneurs sont présent près d’ici, et ils vous tueront ! Oui, ils vous tueront ! »
Peu ému par cette menace, Stoffe pris la gourde fixé à sa ceinture et en avala une dizaine de gorgées avant de déclarer : « c’est de la bonne cette gnôle !!!! »

Et ainsi, Erik Stoffe, désormais accompagné de deux compagnons, venait de défier les traîtres qui l’avaient laisser pour mort. Pour une fois ayant quelque chose à faire, il pris les armes pour affronter de nombreuses querelles et de nombreux dangers. Il y sera couvert d'honneur et d'éloge. Et sans le savoir, il trouvera le chemin de sa destinée.....

Mais cela, est une autre histoire.
marcus miragos
marcus miragos
Membre

Nombre de messages : 43
Age : 37
Distinction : aucune
Date d'inscription : 23/07/2014

La saga d'un grand guerrier! Empty Re: La saga d'un grand guerrier!

le Sam 16 Aoû 2014 - 10:20
4e épisode

La colline était couverte d’amoncellement de pierre posé les unes sur les autres de manières plus ou moins ordonnés, en position verticale, horizontale, voir même diagonale. Les aventuriers ayant rencontrés cette architecture anarchique ont émis de nombreuses hypothèses : carte stellaire ? cimetière royale ? lieu de sacrifice humain ?…
Ils auraient été bien déçu de savoir qu’il ne s’agissait en vérité qu’un simple dépôt de pierre de construction…

C’est en ce lieu que Stoffe, le saurus body buildé, accompagné de ses deux compagnons skink et Kroxigor, a établit son camp de retranchement dans l’attente de la riposte de leurs adversaires. Stoffe le savait, ils n’allaient pas tardé à répliquer face à l’humiliation subit par leurs hommes. Les quatre traîtres de la cité de la pluie étaient semble t’il devenu des êtres puissants, et leur ego venait sans doute d’en prendre un coup. Des êtres venus de nulle part sapaient leur autorité, ils allaient à coup sur sévir !
La préparation pour le combat était méthodique : Trex transportait d’immense rondins de bois pour fabriquer des pièges mortels, Stoffe taillait des massues en pointe, pendant que le petit rouge …. bah il courrait après les mouches pour s’amuser à leur arracher les ailes…….
Tout en Aiguisant un morceau de chêne millénaire, Stoffe repensait à toute les évènements qui ont ponctués sa vie. Souffrance, massacre, et répandre le sang était les termes les plus appropriés pour résumer ses aventures. Tant de violence aussi gratuite que répugnante. Tout cela aurait pu être évité si le destin ne s’était pas acharner à le poursuivre armé d’une hache à double tranchant.
Après avoir bien réfléchit à tout cela, les êtres dégoûtés de tant d’évènements sanguinolent, regrettent et réclament une vie paisible avec une femme, six enfants, et deux chèvres. Stoffe lui s’en ficha royalement, et réclamait le sang pour son bâton de plus en plus pointu.
Après quelques heures de préparation acharnés, Stoffe se posta sur le sommet de la colline. Son corps était couvert d’une cuirasse fabriquée avec les restes d’armures de quelques cadavres, ayant sans doute appartenu à d’autres aventuriers, ayant eux aussi défiés des hommes puissant, mais l’issue de leur lutte paraît aussi clair que le blanc de leur squelettes. Mais ce genre de fin n’est pas dans les projets de Stoffe. Sa main fermée sur une lance posée à la verticale, le saurus scrutait l’horizon du haut de la colline aux empilements rocheux millénaire.
Et après de longues à lézarder tout en gardant le regard fixe, Stoffe aperçut un nuage de poussière se former au pied des lointaines collines. Il affûta alors son regard perçant pour observer attentivement la raison de ce brouillard sûrement pas naturel.
Ils étaient neuf. Sept d’entre eux étaient des sous fifres armés jusqu’au dents. Montés sur des destriers cuirassés, ils galopaient à toute allure sans donner le moindre signe de fatigue apparent. Des armoiries étaient dessinés sur le plastron de ces hommes d’armes, représentant un objet ovale surmontant quatre lettres : BBBL.
Les deux autres cavaliers étaient très différent, et finir par quitter les hommes d’armes pour stationner sur une autre colline avoisinante. Le premier, monté sur un cheval noir, était revêtu d’une longue cape de la même couleur, et une capuche ne laissait entrevoir qu’une mince bouche sans aucune trace d’émotion. Une légère brise permit d’apercevoir, lors d’un soulèvement de tissu, une dague au reflet brillant laissant supposé une lame très bien affûtée.
C’était Dartshaj, le sombre et mystérieux.

Le second quant à lui, avait son corps monté… sur un mule ! Et le regard de l’animal laissait supposer un intérêt commun avec son cavalier : la nourriture. Une masse informe était posé sur une selle devenu invisible sous les replis et bourrelets. Ce cavalier, laissant tout juste le temps à son organisme de réaliser un cycle d’inspiration-expiration entre chaque bouché de son sandwich veau mayonnaise confiture concombre, n’avait plus de cou ni même d’épaule. Son corps n’était plus qu’une masse gélatineuse surmonté d’une tête immonde aux yeux tout juste capable de s’ouvrir, peinant à rester en équilibre sur une mule d’une docilité affligeante. Stoffe eu du mal à reconnaître l’anciennement élégant et athlétique Naidisbo, devenu un être gros et moche.
Mais l’heure n’était pas à la contemplation de ses adversaires. Les sept hommes d’armes étaient en train de grimper la colline de retranchement de Stoffe et ses compagnons. Le saurus se permit tout de même un court monologue :

« Hey les anciens, là haut où je ne sais où, si vous me regardez, vous pourriez me donner un coup de pouce, car ce n’est pas avec un crétin de Kroxigor, et l’autre nabot bon à rien que je vais pouvoir m’en sortir. Mon combat est juste, et la vengeance est un prix qui m’est dû. Alors soyez sympa…. »

Un court, mais pesant, silence lui répondu….

« Ouais ! Bah merci quand même »

A peine sa phrase terminé, Stoffe fit un bond, pointe de sa lance vers le bas, et celle ci se planta dans le coup d’un cavalier ennemi juste en dessous. La panique créée par ce coup au but fit cabrer deux chevaux qui désarçonnèrent leurs cavaliers. L’un d’eux se brisa le dos lors de sa chute et Stoffe l’acheva d’un coup millimétré dans le sternum. L’autre cavalier éjecté de son cheval eu tout juste le temps de se relever quand la lance du saurus lui transperça la poitrine et se ficha dans une des pierres. Les quatre autres cavaliers préférèrent une petite retraite stratégique.
Ils contournèrent la colline et prenant une autre allée, ils se retrouvèrent face au colossale Trex. Ils chargèrent malgré tout, inconscient ! Trex, de la simple force de son coup de poing, transforma la tête d’un de ses adversaires en pulpe sanglante, le corps tomba ensuite lourdement au sol, les membres complètement désarticulés. Les trois autres cavaliers continuèrent leur route en tentant au passage de donner de vains coup d’épée à l’énorme Kroxigor. Stoffe, qui sortait d’une course à travers les monolithe, sorti de derrière l’un d’eux lance en avant. Elle se planta dans le cheval d’un des hommes d’armes, et ce dernier se retrouva éjecté sous l’effet des rapide soubresaut de l’animal ….. dans les bras de Trex. Le kroxigor fut subir à son malheureux adversaire une cure d’amincissement éclair qui laissa des traces dans son intégrité physique. Mais dans son cas, la mort lui enleva ce genre de soucis de l’esprit.
Les deux derniers cavaliers, encore atteint d’une faible degré de courage, entamèrent une semblant tactique d’attaque, quand le plus reculé des deux se mit à hurler. Une chose visqueuse s’était collé à son visage lui cachant totalement la vue. Arrachant le corps étranger avec ses mains et le jetant à terre, il fut ensuite entraîné dans le déséquilibre de son cheval. Le petit skink rouge qui n’était rien d’autres que la chose visqueuse se releva et vit l’homme d’armes et son cheval tomber … vers lui. Si ce petit être l’ignorait encore, il aurait pu comprendre l’intégralité des lois de la gravité lorsque les deux masses tombèrent sur son appendice caudale. Les jurons qu’ils prononça à cette occasion sont intégralement censuré.
Pendant que le petit rouge dégageait sa queue de sous le corps humain inerte, se trouvant lui même sous le corps de son propre cheval, Stoffe et Trex faisait face au dernier homme d’armes restant. Ce dernier échangea le maigre courage qui lui restait contre une bonne dose de bon sens, et pris la fuite dans le sens opposé. Sa course fut de courte durée, car une lance superbement lancé par un saurus et planté dans le dos, a tendance à anéantir tout type de raisonnement comme le courage ou le bon sens.
Stoffe tourna la tête vers les deux traîtres observant le combat au loin. Naidisbo était en train de remuer son corps, créant des vagues de graisse parcourir la totalité de sa surface corporelle. D’un geste, il tira les rênes de sa mule pour qu’elle fasse demi tour, pour s’enfuir au petit trot. Dartshaj, quant à lui, laissa son collègue prendre un peu d’avance dans cette retraite tactique. Et dans un geste très stoïque, il tira de sa sacoche un arc et une flèche. Il banda l’arc, la flèche en direction des trois reptiles déjà en train de fêter leur victoire.

De la poussière brillante se souleva autour des monolithes millénaire…

Dartshaj relâcha le trait mortel pointé sur Stoffe. La flèche traversa l’espace à toute vitesse, et se ficha dans une pierre, juste à l’endroit où se trouvait le saurus un instant plus tôt.

Ces blocs de pierre seraient ils magique finalement ?

Et ainsi, Erik Stoffe disparu avec ses compagnons dans un endroit mystérieux. N’ayant rien d’autre à faire que subir des aléas magique, il se retrouva dans un endroit inconnu, pour affronter de nombreuses querelles et de nombreux dangers. Il y sera couvert d'honneur et d'éloge. Et sans le savoir, il trouvera le chemin de sa destinée.....
marcus miragos
marcus miragos
Membre

Nombre de messages : 43
Age : 37
Distinction : aucune
Date d'inscription : 23/07/2014

La saga d'un grand guerrier! Empty Re: La saga d'un grand guerrier!

le Lun 18 Aoû 2014 - 22:51
Bon malheureusement, je crois avoir perdu le dernier épisode de cette saga! Mais bon, je crois que ça n 'intéresse personne^^
Ewaldar
Ewaldar
Membre

Nombre de messages : 1387
Age : 26
Localisation : Suisse
Distinction : aucune
Date d'inscription : 29/12/2011
http://ewaldar.wixsite.com/les-ames-perdues

La saga d'un grand guerrier! Empty Re: La saga d'un grand guerrier!

le Ven 24 Oct 2014 - 17:28
Hello,

Ah ! il ne faut pas dire cela, car cette section est déjà largement moins visitée que les autres, et il faut quand même tenir compte que lire à l'écran est assez difficile.

Je n'ai pas encore commencé de lire, mais je vais m'y hateler ce week-end et j'essaierai d'en comprendre les fondements, car je ne connais Warhammer ni d'Ève ni d'Adam, donc je vais aller jeter un oeil sur le net avant.

Je t'enverrai un mp si tu veux
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum