Partagez
Aller en bas

Votre impression ?

0 - 0%
0 - 0%
3 - 60%
0 - 0%
0 - 0%
0 - 0%
0 - 0%
1 - 20%
0 - 0%
1 - 20%
 
Total des votes: 5
TrashX
TrashX
Membre

Nombre de messages : 475
Age : 26
Localisation : Hyères
Distinction : Trashounet :3
[Envie de Coco']


Date d'inscription : 04/04/2009
http://ros-fabrice.com

Old Dunia Empty Old Dunia

le Ven 26 Aoû 2011 - 1:14
Comme Balbe, j'ai retrouvé un ancien scénario. Je ne cache pas que j'ai corrigé le texte juste avant, parce que c'était pire que ce que je fais ^^
Je ne compte pas continuer ce texte, d'un parce que j'en est un mieux *yeux qui brillent* mais aussi parce que j'ai trop de travail, vous savez, avoir de responsabilité et tout ... *regarde ses ongles*

[moment culture]
Old Dunia veut dire en swahili : Ancien monde.
[\moment culture]
-------------- ----- ----- ----- -----
Old Dunia
Un monde s’achève, un autre commence.

La Terre, planète bleue qui perdit de plus en plus de charme à cause des stupides manières de vivre des humains. Le réchauffement climatique et la pollution causèrent la perte de nombreuses espèces vivant sur terre que sur l’eau. L’eau était devenue dangereuse à boire. C’étaient à cause de toutes ces usines nucléaires et leurs rejets nauséabonds d’uranium. L’air était à peine respirable dans certains endroits, et c’étaient les plus riches qui profitaient de l’air pur, laissant à l’agonie les banlieues et les justiciers. Ces problèmes causèrent une perte dans l’équilibre des nations et opposèrent maintenant, de partout dans le monde, trois « clans » si on peut appeler cela des clans. Il y avait les Criminels, des gens très dangereux, ils étaient désignés comme la nouvelle génération de la Mafia. Viens ensuite les Justiciers, hommes et femmes d’honneurs et de justices, on les nomma aussi les « Gendarmes du Monde ». Et pour finir, les Francs-Maçons, hommes et femmes riches et détenant le pouvoir sur le monde, les citoyens. On les nomma les « Marionnettes de Dieu ».

Pour résumer le mode de vie de chacun, les Criminels vivaient sous le sol, à l’abri des regards, les Justiciers à la surface, et les Francs-Maçons dans les cieux en haut de leur grande tour de verres et d’acier. Voilà la situation de notre monde, rien ne fut contrôlé, et la Terre mourut de jours en jours, et il viendra, un jour, ou le soleil explosera et mettra fin à ce monde d’inégalité. Et ce jour arriva ...

Le vendredi 13 Juillet 2018, en France, à Marseille, dans l’Avenue Saint-Jean près du quai du port. Un bâtiment en briques rouges, marqué par le temps et surtout du manque d’entretien, était habité par un groupe de cinq colocataires dont un couple. Rhyler Mottasi et Meddie Lufado. Les amoureux furent séparés depuis peu. Rhyler était un ancien Justiciers, au chômage, il errait dans les Banlieues criminels pour travailler au black. C’est d’ailleurs dans la Banlieue George Agastien que Rhyler aborda Meddie. Ils s’étaient rencontrés dans un garage de Criminels afin de finir leur travail ensemble. Meddie, elle avait toujours fait partie des Criminels. Bien sûr elle n’était pas un assassin, mais naquit dans un monde de peur et de carnage. Elle apprit vite l’art de survivre.
Deux personnages si différents et pourtant, l’amour les avaient réuni, jusqu’à maintenant …

Rhyler eut un passé difficile. Son manque de maturité a perturbé sa jeunesse, il était seul, mais dans ce néant de solitude, il trouva un ami, son premier ami. Il se nomma Jarod Dufandil, un Justicier. Ils s’étaient rencontrés pendant leurs années scolaires et avaient choisi tous deux, la voie des Justiciers. C’était à partir de leur première année de Justicier qu’ils se perdurent de vue. Ce jour date maintenant de 7 ans et c’était ce matin, ou Rhyler ressentit, par hasard, un sentiment de peur, de néant. Il trembla des mains et dit à voix basse : « Il est temps. »

Couchés dans leur lit, sous leur couverture, pour se protéger du froid du mois de Juillet, les paroles de Mottasi avaient subitement réveillé Meddie :

D’une voix douce et fatigué
Meddie : Hum … Temps de faire … quoi ?
Rhyler : Je dois renouer le lien, je dois le voir, ça fait beaucoup trop longtemps.
Meddie : Mais voir qui ?
Rhyler : Voir Jarod. Il compte beaucoup pour moi, je dois lui parler, on a tellement de chose à se raconter …
Meddie : Je comprends mais ça fait 7 ans. Es-tu sûr qu’il veut te voir ?
Rhyler : Pour le savoir, je dois le voir.
En souriant
Meddie : J’aime quand tu fais des rimes.
Rhyler : Merci. Par contre je ne sais pas où il habite.
Meddie : Ça commence bien… Regarde sur les pages jaunes sur internet.

La technologie grandit de plus en plus, maintenant, tout le monde était scanné, on pouvait retrouver facilement une personne grâce à internet. Après quelques minutes, pour remettre un internet en marche, de pages en pages il défila les noms du monde pour tomber enfin sur : « Dufandil Jarod, 61 r François Daumas 34000 MONTPELLIER ». Fière des résultats, il courut prendre sa carte bleue, prendre sa veste et courut à Montpellier.

Après quelques heures de routes, face à cette maison bleue ciel, les volets verts olive, du laurier pour décorer l’entré, le stress commença à monter. Les murs étaient marqués de traits en forme de spirales comme si on avait étalé du plâtre sur le mur. La porte était en bois de chêne, on aperçut ses veines, elle sembla tellement ancienne est pourtant …

Meddie : Je toc où on reste à se geler dehors avec à peine d’air respirable ?
Rhyler : Je … je ne sais pas quoi lui dire.
Meddie : Bah dis-lui qu’on passe par hasard et donc nous profitons pour lui passer le bonjour.
Rhyler : Bien sûr. Par hasard. De Marseille à Montpellier. En ne sachant pas où il habite. Ingénieux comme excuse. Très ingénieux.
Meddie : Soupire …

Derrière eux, une femme aux cheveux blonds s’avança, faisant résonner ses talons sur les pavés grisâtres de la rue et s’exprima d’une voix mélodieuse : « Excusez-moi, que faîte-vous devant chez moi ? »

Le couple se retourna, les yeux gros comme des billes …

Rhyler : Excusez-nous de notre intrusion mais nous cherchons un certains Jarod Dufandil, le connaissez-vous ?
En souriant
Femme : Bien sûr ! C’est mon mari. Je m’appelle Dancy, Dufandil Dancy. Et qui êtes-vous ?
Rhyler : Je suis Rhyler Mottasi et voici ma compagne, Meddie Lufado, je suis un ancien ami de Jarod, pourrions-nous le voir ?
Dancy : Il travail, il sera là vers 18h20 – 18h 25. Mais entrez, nous pouvons faire connaissance en l’attendant.
Meddie : Pourquoi pas !
Chuchotant
Ils ont l’air aisé pour ce qui est économie.
Rhyler : Meddie …


Dernière édition par Viking (Nyan) le Ven 26 Aoû 2011 - 2:45, édité 1 fois
Balbereith
Balbereith
Staffeux retraité

Nombre de messages : 4129
Age : 26
Localisation : dans l'ombre...
Distinction : Péripatéticienne à temps perdu
Helly n°666 [Coco' ;D]
mon ptit balbounet p'tit jardinier en herbe(les râteaux ça le connait) [tonton Adurna]
Cultivateur professionnel de la commu' (il a de bons outils en de nombreux exemplaires Old Dunia 522164 ) [Coco' Smile]
Date d'inscription : 13/05/2009

Old Dunia Empty Re: Old Dunia

le Ven 26 Aoû 2011 - 2:22
Première impression : Tout à fait convenable !
J'éditerais dans quelques heures pour faire une critique, plus approfondi et à tête reposée.

EDIT : En le relisant, je n'ai rien de spéciale à ajouter, à part que ta description du monde est étrange (Quelque incohérence avec le nucléaire, mais çà c'est pour titiller ^^) Sinon pourquoi vivre à la surface alors que l'air est nocif ?
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum