Connexion automatique

Pas encore membre ? Inscrivez-vous ici !
Vous avez oublié votre mot de passe ? On vous aide ici

AccueilPage d'accueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Sélecteur de thème :


Partagez | .
Gouvernements et ses qualificatifs - De l'anarchie à la stratocratie.

Balbereith
Staffieux retraité

Staffieux retraité
avatar

Nombre de messages : 4127
Age : 24
Localisation : dans l'ombre...
Capacités : assez bon
Avertissements : Avertissements infinis |-)
Distinction : Péripatéticienne à temps perdu
Helly n°666 [Coco' ;D]
mon ptit balbounet p'tit jardinier en herbe(les râteaux ça le connait) [tonton Adurna]
Cultivateur professionnel de la commu' (il a de bons outils en de nombreux exemplaires ) [Coco' Smile]
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Gouvernements et ses qualificatifs - De l'anarchie à la stratocratie.   Jeu 9 Fév 2017 - 16:56

Cet article s'inscrit dans la continuité de l'article sur les royaumes et les empires. Comme l'article précédent, certains passages mettront en lumière des systèmes que notre pensée occidentale qualifiera d'immorale et d'autres des qualificatifs péjoratifs qui ne repose que sur des jugements de valeurs. Merci de conserver votre objectivité et de ne pas lancer de débats sociétaux dont nos médias font déjà l'apologie. Au vu du grand nombre de qualificatif, nous traiterons chacun succinctement surtout que je maîtrise moins ce sujet que le précédent  Very Happy

Je pense qu'il faut parler d'une notion étroitement liée à la notion d'Etat : le monopole de la violence ou plus précisément le monopole de la violence physique légitime. Cette notion est selon Max Weber, la définition sociologique de l'Etat et Thomas Hobbes le devoir de l'Etat : pacifier par la force si nécessaire. Elle est la caractéristique essentielle d'un Etat en tant que groupement politique, comme le seul à bénéficier du droit de mettre en oeuvre, lui-même ou par délégation, la violence physique sur son territoire. Les exemples de guerres privées féodales ou des inquisitions peuvent en apparence remettre en cause cette définition or ces violences étaient systématiquement autorisées par les états en place. Les sécurités privées ont le droit d'utiliser la violence car elles sont tolérés par l'Etat, tout comme les actes de légitime défense. En prenant en compte, ces exemples, l'Etat est l'institution qui régule la violence physique et s'en assure le monopole sur son territoire par ses forces répressives : force de polices ou armées. Nobert Elias ajoutera à la définition de l'Etat la monopolisation de la contrainte, c'est-à-dire la création d'institutions de contrôle sociale, ainsi que la monopolisation de la collecte de l’impôt.


  • Anarchie

L'anarchie est un milieu social sans gouvernement. Il n'y a ni chef, ni autorité unique. Chaque individu de cet espace peut prétendre à un pouvoir sur un autre. Un système anarchique n'est pas contre pas antithétique de l'existence d'une loi si elle correspond à celle de la nécessité. Une société anarchique est au-delà de la socialisation des moyens de production et est donc loin de la loi de la jungle. C'est une société auto-ordonnée où aucune institution détient le monopole de la violence légitime car elle n'est pas nécessaire en soi.


  • Autocratie

L'autocratie repose sur un seul individu détenant un pouvoir alors personnel et absolu. Il n'y a pas de contre-poids politique, religieux par exemple ce qui la distingue de la monarchie absolue de droit divin où le pouvoir est absolu que parce que l'Eglise le soutient et le légitime. Si une caste détient une part de pouvoir, on ne parle plus d'autocratie. L'Empire de Russie est souvent considérer comme une autocratie car l'autorité du Tsar était sans limite.


  • Autoritarisme

Le régime autoritaire est un régime conservateur au sens strict et non politique, qui veut empêcher la société d'évoluer vers plus de démocratie. Les ennemis du régime sont réprimés, parfois avec extrême violence, mais les citoyens peuvent circuler librement et la société fonctionne : les églises, les syndicats, l'ensemble des organisations solidaires fonctionne presque normalement. L'Espagne de Franco et le Portugal entraient dans cette catégorie.


  • Bureaucratie

La bureaucratie est un régime basé sur l'organisation du travail. L'administration publique est encadrée par le droit. Les fonctionnaires, les agents publiques sont recrutés sur concours ou examens. Chaque individu doit alors obéissance à son supérieur hiérarchique, doit réaliser une tache spécialisée et se doit de faire carrière. Avec la technocratie, ce modèle est le parangon du pouvoir exercé par la raison, la prévision et le savoir au sacrifice de la flexibilité.


  • Communisme

Le communisme est un régime purement égalitaire ou chacun reçoit se dont il a besoin et sans excès. Ce régime vise à mettre en commun les biens matériels et à sa redistribution. Elle se doit donc de passer par une suppression des classes sociales et à terme l'extinction de l'Etat. Nous pouvons donc dire sans trop de risque que c'est un régime transitoire entre un régime fort et une pseudo anarchie.
L'Etat communiste est la première étape du processus du communisme. Cette étape temporaire est devenu permanent où l'Etat contrôle la totalité des affaires publiques grâce à un parti unique officiel ou à un parti dominant une coalition de partis autorisés. Les états communistes se disant démocratique ont pris le nom de démocratie populaire afin de se différencier des démocraties libérales.
Le stalinisme est une idéologie reposant sur l'emploi de la centralisation, de l'emploi de la force et de l'entretien de la terreur comme mode de gouvernement. Ce régime communiste était accompagné d'un culte de la personnalité du dirigeant que parti unique. L'économie y est planifié par l'Etat. Les procès était décidés à l'avance avec un respect strict des procédures et une préparation psychologique du condamné. Ce type de régime développe une propagande d'une efficacité extrême et couplé à la terreur pouvaient faire croire à des récoltes exceptionnelles en période de famine.


  • Démocratie

La démocratie est un régime politique où le peuple est souverain. Elle désigne une société où les valeurs de liberté et d'égalité sont fondatrices. La démocratie implique l'égalité entre les membres de sa société, les non cumul des responsabilités publiques et leur rotation. Par définition, tous peuvent prétendre à une charge publique. Les armes de la démocratie sont le vote et le tirage au sort.
La démocratie directe est une démocratie où les citoyens exercent directement le pouvoir et est souvent synonyme d'auto-gestion. Chaque vote est un référendum. Il n'y a ni intermédiaires ni représentants.
La démocratie libérale ou occidentale est une démocratie représentative fonctionnant sur les principes du libéralisme. Elle repose sur la protection des droits des minorités et des individus. La protection des droit de l'Homme, des droit et libertés civils ainsi que le respects de la libertés politiques de tous les hommes sont au centre du débat politique rythmé par des élections ouvertes et concurrentielle au suffrage universelle. La démocratie libérale repose sur une constitution et la séparation des pouvoirs.
La démocratie liquide est un système récent aussi appelé démocratie par délégation. Les délégués à la différences des représentants n'ont pas de durée de mandat spécifique, il n'obstrue pas la participation d'un individu non délégué à la fonction publique. Le déléguées peut être récusés à n'importe quel moment et dans n'importe quelle proportion. Et à la différence de la démocratie directe, la participation de l'individu est facultative et elle permet la révision de la décision ou la démocratie directe ne peut que changer sa décision car découlant d'une délibération complète de la communauté.
La démocratie parlementaire est opposée à la démocratie directe, elle s'appuie sur une institution principale : un parlement ou une assemblé de représentants du peuple. Ces représentants sont élus par le peuple pour une durée déterminée. Leurs décisions ne peuvent pas être corrigés par le peuple directement. La distinction entre une régime parlementaire (Allemagne), semi-présidentiel (France) ou présidentiel (US) se fait en fonction du rapport de force entre le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif.
La particratie est une appellation péjorative des démocraties où le pouvoir est détenu par les parties politiques.
L'ochlocratie est un régime où la foule peut imposer sa volonté. C'est un terme péjoratif désignant les démocraties dominées par la démagogie et le populisme. C'est un régime gouverné par les sentiments et non pas par les débats et la raison.
Les régimes d'Assemblées sont des régimes où la totalité des pouvoirs est subordonnés au pouvoir législatif. C'est souvent une dérive des régimes parlementaire sans une deuxième assemblée.
Un régime présidentiel est le phénomène où la démocratie est sous l'hégémonie du pouvoir exécutif et où les pouvoirs des assemblées sont réduites.


  • Despotisme

Le despotisme est une autocratie où l'individu abuse de ses pouvoirs au regard des lois. Ce système ancien n'est pas une dictature et il désigne à l'origine le pouvoir du père sur ses enfants. Le pouvoir est absolu, abusif mais vise au bien de la communauté. Au siècle des lumières, une variante fit son apparition.
Le despotisme éclairé est une doctrine politique où le pouvoir est exercé par des monarques de droit divin dont les décisions sont dictés par la raison et qui présente le monarque comme le premier serviteur de son peuple. Ces monarques sont caractérisés par leur correspondance dense avec les milieux philosophiques : Frédérique II de Prusse, Catherine II de Russie par exemple. Le despotisme éclairé est théorisé par Voltaire.


  • Dictature

La dictature est un régime politique ou un individu ou un groupe d'individu exercent le pouvoir de manière absolue, sans restriction par la loi ou une institution. La dictature est aussi une régime temporaire utilisé par les démocraties en cas de crise. Le pouvoir absolue est transmit à l'exécutif pour une durée déterminée. Jules César ou Sylla ont par exemple étaient nommé Dictateur par le Sénat Romain lors des Guerres Civiles.
Les dictatures militaires sont aussi désignée par l’appellation 'junte' où le pouvoir est exercé par un groupe de chefs de guerres ou des armées. A dissocier de la Stratocratie car les parties fonctionnelles de l'Etat sont toujours civiles.


  • Empire

Un empire est le regroupement de plusieurs peuples autour d'un pouvoir central et unique.


  • Fascisme

Le facisme est un système politique autoritaire associant populisme, nationalisme et totalitarisme au nom d'un idéal collectif suprême. Ce régime nie l'individu et la démocratie au profit de la masse incarnée par un chef providentiel et repose sur l’embrigadement des jeunesse et des milices, sur l'édification d'un idéal de pureté nationale et raciale. Les valeurs sont la terre, le sang et la tradition servant la classification radical de peuples forts et d'autres faibles qui n'ont qu'autre destin que la soumission.
Le national-socialisme est une idéologie d’extrême droite de type fasciste et poussant systématiquement les pratiques jusqu'au niveau de crime contre l'humanité. Les objectifs politiques se centrent aussi plus sur l'idée de supériorité raciale.


  • Fédéralisme

Les fédérations sont des regroupement d'états reposant souvent sur la séparation des pouvoirs dont des directives sont émises par une institution 'supranational' chargé de la représentation internationale. Les états fédéraux n'ont donc pas de lois uniformes sur l'ensemble des territoires de la nation laissant des nuances aux choix des gouvernements plus locaux. Par exemple, l'union européenne est une exemple partiel de fédéralisme, le parlement européen émet des résolutions que chaque pays membre se doit d'adapter aux particularités de son droit national.
Les pays fédéraux les plus connus sont les USA et l'Allemagne. Contrairement à l'état fédéral, la confédération est une union d'Etats indépendants par le biais de traités. Là où le membre de l'état fédéral ne possède pas de souveraineté international, la confédération reconnait la souveraineté internationale de ses membres et est sans transfert de souveraineté, certaines fonctions sont transmises à des organismes communs.
L'Union Européenne n'est en réalité ni une fédération, ni une confédération pure. En effet, une part de la souveraineté des états membres est transmise à l'union par le pouvoir législatif, la loi européenne est au dessus de la loi nationale mais la politique étrangère, la coopération policière et judiciaire ainsi que les politiques de défense commune suivent une logique confédérale, les priorité nationale sont au dessus des prioritaires de l'union.


  • Kleptocratie

La kleptocratie est un régime dominé par la corruption et où les états sont des acteurs du blanchiment d'argent. Ces régimes corrompus sont souvent liés aux territoires riches en matière première : pétrole, gaz par exemple, ils sont fortement liés à la mondialisation.


  • Méritocratie

Le modèle méritocratique et un modèle de société et un idéal d'organisation sociale qui tend à promouvoir les individus, dans la totalité des institutions de l'état, en fonction de leur mérite et non de leur origine sociale, de leur richesse ou de leurs relations individuelles. En d'autres termes, la méritocratie est une aristocratie où l'élite n'est pas figées et où le système organise de lui-même le phénomène d'ascenseur social. Ce système essaie d'assurer une élite dirigeante la plus compétente. Elle n'est donc pas une société égalitaire. La France est par exemple et définition une méritocratie à la fois étatique et scolaire. Les fonctionnaires sont recrutés sur concours et les meilleurs formations sont soumises à une sélection sur concours. On parle d’élitisme républicain. Pour Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, le discours méritocratique porté par l'école n'est qu'une idéologie et l'ordre social légitimé ne correspond pas à une véritable méritocratie, on parle ici d'inégalité des chances.
La Stratocratie est un régime où les fonctions civiques sont remplies par des officiers militaires. L'Etat et l'armée sont constitutionnellement la même entité. Le service militaire obligatoire ou volontaire donne le droit d'élire ou de gouverner et constitue par nature une méritocratie mais plus particulièrement militaire.


  • Monarchie

La monarchie est un système politique organisé autour d'une unique personne, le monarque. Son image n'est pas forcement héréditaire. Le pouvoir est limité par des lois.
Une monarchie est constitutionnelle lors que le cadre d'exercice du pouvoir est définie par une constitution et la séparation des pouvoirs : il est admis que la loi martiale donne les pleins pouvoirs au souverain ce qui devient au sens antique une dictature.
Une monarchie est parlementaire lorsque le monarque désigne un chef du gouvernement responsable de sa gestion devant un parlement. Le roi peut aussi être le chef du gouvernement.
La monarchie est absolue lorsque le monarque détient la totalité des pouvoirs. C'est donc un régime despotique limité dans les faits par un ensemble de tradition et de coutumes, pas forcement codifiées. Les décret d'application des lois par le pouvoir exécutif sont les héritiers de ce régime envers les démocraties. Anecdote de ces traditions : Louis XIV s'est vu refuser par le parlement de Paris le traité d'Utrecht sur la partie de son abdication en faveur de son petit fils. Il était alors impensable que le roi-soleil, même de son gré, ou que quiconque dévolu la couronne de France à autrui, il était roi de part le droit salique et seul la mort du souverain entraînera cette passation.
Les monarchies de droit divins est un régime où le pouvoir du monarque est d'essence divine. Le monarque est donc un aussi un chef religieux.
Les monarchies d'union personnelle sont des pays souverains distincts ayant un commun le même monarque. Le cas se présente lorsque un roi et une reine se marient et alors l'enfant hérite des deux couronnes ou lors d'une annexion virtuelle. L'union peut être codifié ou non, dans ce cas, l'union peut être rompue par des différences de lois de successions associés à chacune des couronne. Par exemple, les royaumes du Commonwealth sont des unions personnels électives actuellement en la personne de la Reine d'Angleterre Elizabeth II a la tête de 53 pays souverains.


  • Népotisme

Le népotisme est une pratique politique favorisant l'ascension des membres de la famille du dirigeant dans la hiérarchie au détriment des processus ordinaire, méritocratique ou d’intérêt général.


  • Oligarchie

L'oligarchie est une forme de gouvernement où le pouvoir est détenu par un petit groupe de personne formant la classe dominante mais minoritaire.
L'oligarchie où la classe dominante est constituée des meilleurs est une aristocratie. L'aristocratie est un régime où le pouvoir est détenue par une élite : caste ou classe, représentants élus, représentants cooptés, par une élite intellectuelle, technocratique, philosophique ou économique. Cette élite peut être une élite visible et assumée ou cachée. L'aristocratie n'est pas nécessairement un régime détenu par la noblesse. Dire qu'un aristocrate est un noble, est aussi faux que dire qu'un scientifique est un chimiste. Par exemple, la Rome antique est une aristocratie où la classe dirigeante est l'ordre sénatorial, secondée par l'ordre équestre et enfin par l'ordre décurional. Ce type de gouvernement a souvent évoluer vers la monarchie ou l'autocratie.
L'oligarchie où la classe dominante est constituée des plus riches est une ploutocratie. La richesse est au centre du pouvoir politique. Les républiques marchandes de Venise, d'Amalfi et de Gènes étaient des ploutocraties.
L'oligarchie où la classe dominante est constituée des scientifiques est une technocratie. La technocratie est une forme de gouvernement où le pouvoir revient à des experts de façon directe ou indirecte. La prise de décision se doit d'être appuyée d'une démonstration rigoureusement scientifique. Elle est une méritocratie scientifique.
L'oligarchie où la classe dominante est constituée des anciens est une gérontocratie.La gérontocratie est un régime où le pouvoir politique est exercé par les personnes les plus âgées de la société, appelés Gérontes. De part leur vie plus avancées, ils sont considérés comme plus expérimentés, plus sages et donc plus aptes à régner.


  • République

La république est un régime où le chef n'est pas désigné de façon héréditaire. Le processus n'est pas forcement démocratique.


  • Réseaucratie

La réseaucratie est une système d'organisation sociale dans lequel des personnes disposent d'un réseau social leur permettant de bénéficier d'un accès privilégié à des informations ou à des passes-droits.


  • Sociocratie

La sociocratie s'appuie sur la liberté et la co-responsabilisation des acteurs. Dans une logique d'auto-organisation faisant confiance à l'humain, elle va mettre le pouvoir de l'intelligence collective au service du succès d'objectifs communs. Cette approche permet donc d’atteindre ensemble un objectif partagé, dans le respect des personnes, en préservant la diversité des points de vue et des apports de chacun, ceci en prenant appui sur des relations interpersonnelles de qualité. La sociocratie utilise certaines techniques comme l'élection sans candidat et la prise de décision par consentement.


  • Stochocratie

La Stochocratie est un régime où les dirigeants et les acteurs publiques sont désignés par tirage au sort.


  • Théocratie

Une théocratie est un gouvernement où le souverain est un représentant divin. Anciennement, le terme désigne les états où Dieu gouverne. De façon plus moderne, on désigne par théocratie, les états reposant sur des principes religieux où les textes sacrés sont une part des lois et où la séparation de l'Eglise et de l'état est impossible. Il y a par exemple débat autour du fait que les USA présentent des caractéristiques théocratiques.


  • Tribalisme

Le tribalisme est un modèle social basé sur les liens de parenté et des familles partageant une descendance commune. La tribu est un système sociale solidaire dirigée par des sages ou chefs de tribu, souvent les doyens considérés comme plus à même de diriger car plus expérimentés. On ne peut pas parler d'Etat pour des tribus car les populations gérées sont plus restreintes. Les relations au seins d'une tribu ne peuvent pas être qualifiées d’institutionnelles.


  • Totalitarisme

Le régime totalitaire est révolutionnaire. Son objectif est de détruire la société, qu'elle soit traditionnelle ou démocratique), son projet est de contrôler toute la société, l'Etat et les individus. Pour cela, des moyens de terreur violents ou sophistiqués sont utilisés. La terreur physique fondée sur des purges aveugles et régulières peut être remplacée par un système de contrôle de la pensée et de flicage des citoyens, ces derniers sont par définition prisonnier. L'Allemagne nazi appliquait la première méthode et l'Ex-RDA (Allemagne de l'Est lors de la Guerre Froide) appliquait la deuxième.


En espérant que ce listing non exhaustif répondra aux interrogations de certains et vous donneront des idées ou des pistes pour vos scénar. N'hésitez pas à me corriger si j'ai écrit des bêtises. Après six heures de rédactions, de recherches et d'organisations, je n'ai plus les idées claires. Si j'ai oublié des choses, n'hésitez pas non plus :-)
 
dricc
Conseiller

Conseiller
avatar
En ligne

Nombre de messages : 2552
Localisation : Lille
Capacités : confirmé
Distinction : aucune
Date d'inscription : 10/08/2009

MessageSujet: Re: Gouvernements et ses qualificatifs - De l'anarchie à la stratocratie.   Ven 10 Fév 2017 - 1:41

Merci . Beau travail de recherche .
C'est vrai qu'on ne trouve presque que des monarchies dans les RPG Smile Ou parfois un systéme tribal . Là , ça permettrait de changer un peu . D'un point de vue RPG , je trouve le fédéralisme trés interessant par exemple : ça donnerait pas mal de profondeur et permettrait d'expliquer des différences régionales importantes .

J'ai entendu parler de la "Géniocratie" aussi . L'idée est simplement que l'intelligence soit le seul critere pour acceder au pouvoir . Le gouvernement serait un conseil de sages . On represente régulierement les sociétés futuristes comme ça .
Je me posait une question : est-ce que le colonialisme aurait sa place ici ? C'est aussi une forme de gouvernement : le pouvoir est entre les mains d'une puissance étrangere qui met une marionette à la tête du pays .

Nous sommes plutot dans une démocratie à régime présidentiel en france . Beaucoup de spécialistes s'accordent à dire que notre régime politique donne beaucoup trop de pouvoir au président . C'est un héritage de ce cher général de gaulle qui n'a pas fait que des bonnes choses .
 
Balbereith
Staffieux retraité

Staffieux retraité
avatar

Nombre de messages : 4127
Age : 24
Localisation : dans l'ombre...
Capacités : assez bon
Avertissements : Avertissements infinis |-)
Distinction : Péripatéticienne à temps perdu
Helly n°666 [Coco' ;D]
mon ptit balbounet p'tit jardinier en herbe(les râteaux ça le connait) [tonton Adurna]
Cultivateur professionnel de la commu' (il a de bons outils en de nombreux exemplaires ) [Coco' Smile]
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Gouvernements et ses qualificatifs - De l'anarchie à la stratocratie.   Ven 10 Fév 2017 - 3:27

La notion de puissance coloniale tombe dans la définition d'un Empire puisque le peuple colonisateur et le peuple colonisé sont organisé autour d'un même pouvoir central celui du colonisateur. Les différentes considérations des colonisés relève de la gestion de la différence au sein de l'Empire.

Si je comprends bien la Géniocratie, ce serait un mixte de technocratie et de gérontocratie ?

La France est un régime démocratique libéral représentative et semi-présidentiel car contrairement aux US qui eux sont présidentiel, le législatif à un contre-pouvoir dans l’exécutif : le Premier ministre. Aucun régime politique n'est idéal donc on ne peut pas dire qu'il fait aussi de mauvaises choses car on aurait dit la même chose en cas d'un autre régime démocratique.



Dernière édition par Balbereith le Ven 10 Fév 2017 - 3:48, édité 1 fois
 
Shamugan
Philosophe

Philosophe
avatar

Nombre de messages : 369
Capacités : débutant
Distinction : aucune
Date d'inscription : 05/07/2016

MessageSujet: Re: Gouvernements et ses qualificatifs - De l'anarchie à la stratocratie.   Ven 10 Fév 2017 - 3:45

Yeaaahh, merci Ô Balbereith, grand Archiviste de la commu' (j'ai hésité avec historien et sociologue ou politologue mais ça a pas la classe, donc j'ai opté pour Archiviste, si ça te convient =p)

Sinon, j'ai l'impression qu'il y a quelque canards noir dans la classif par rapport à mes propres recherches. Par exemple, autocratie monarchie, oligarchie, démocratie se rapproche par rapport au nombre d'individu au pouvoir. La technocratie, la ploutocratie, la gérontocratie repose plus sur ce qu'on met le plus en valeur dans la société. Autoritarisme, Fascisme, Despotisme ou Totalitarisme (et aussi pt Kleptocratie, tiens ça me fait un peu à quelque chose d'actuel bizarrement) sont des notions péjoratives qui désignent des dérives par rapports aux pouvoirs "normal" (?), je sais pas trop comment le dire mais un truc dans le genre. Le communisme est aussi un peu à part dans la classif. Les empires et le fédéralisme représente aussi une classif sur un autre axe. Après, je sais pas si il est possible d'arriver à une bonne classif plus claire sans qu'elle soit un peu trouée mais bon. Sinon, c'est pas une critique, hein mais c'est juste une question que je me posais et je me prend toujours la tête dessus. T'a un avis sur la question?


dricc a écrit:
D'un point de vue RPG , je trouve le fédéralisme trés interessant par exemple : ça donnerait pas mal de profondeur et permettrait d'expliquer des différences régionales importantes .

Ouais mais ô combien compliqué à créer. Je préfére l'empire, c'est (un peu) plus simple à mettre en place.

dricc a écrit:
J'ai entendu parler de la "Géniocratie" aussi

C'est un type de méritocratie ça du coup? Mais sinon, moi le conseil qui dirige la société, ça trop la classe =p. Et pas que dans les sociétés futuriste, le conseil des Haut-mages aussi, c'est cool  Very Happy

dricc a écrit:
est-ce que le colonialisme aurait sa place ici ?

Le colonialisme, c'est une doctrine expansionniste d'une certaine manière. La forme de gouvernement serait plutôt l'empire, non? Mais je laisse le grand Archiviste répondre.

Edit: Ah bah, il a déjà répondu

Edit2: WTF?? Je crois que je vais prendre mon temps sur ton edit parce là... Shocked
 
Balbereith
Staffieux retraité

Staffieux retraité
avatar

Nombre de messages : 4127
Age : 24
Localisation : dans l'ombre...
Capacités : assez bon
Avertissements : Avertissements infinis |-)
Distinction : Péripatéticienne à temps perdu
Helly n°666 [Coco' ;D]
mon ptit balbounet p'tit jardinier en herbe(les râteaux ça le connait) [tonton Adurna]
Cultivateur professionnel de la commu' (il a de bons outils en de nombreux exemplaires ) [Coco' Smile]
Date d'inscription : 13/05/2009

MessageSujet: Re: Gouvernements et ses qualificatifs - De l'anarchie à la stratocratie.   Ven 10 Fév 2017 - 3:49

Je complète sur l'idéalité des régime politique. La théorie des votes et du choix social a démontré que seul les régimes dictatoriaux sont non -manipulable. Je vous invite à consulter les travaux de Kenneth Arrow se basant sur les questionnement de Condorcet. Pour vous donner l'idée :
Pour au moins trois options de choix et deux individus, il n'existe pas de fonction de choix socia satisfaisant les propriétés suivantes :

  1. Universalité ou domaine non restreint : la fonction de choix social doit être définie dans tous les cas de figure, c'est-à-dire déterminer toujours un choix collectif, quel que soit le profil de préférences de chqu indiviu.
  2. Non-dictature : il n'existe aucun indiviu pour lequel la liste de ses choix personnels coïncide avec la fonction de choix social, indépndament des préférences des autres.
  3. Unanimité ou optimum de Pareto : lorsque tous les individus préfèrent une certaine option à une autre, la fonction de choix social doit associer cette même préférence à la société.
  4. Indépendance des options non pertinentes ou non-manippulabilité : le classement relatif de deux options ne doit dépendre que de leur position relative pour les individus et non du classement tierces ; si l'on ne considère qu'un sous-ensemble d'options, la fonction ne doit pas aboutir à un autre classement de ce sous-ensemble.


L'unanimité est équivalente à l'association de la monotonie et de la souveraineté :

  1. Monotonie : un individu ne doit pas pouvoir faire diminuer le classement global d'une option en la classant plus haut.
  2. Souveraineté : aucun choix social ne doit être impossible a priori.


C'est vrai que la classification est un peu bordélique car elles sont à la fois toute valide seule et combinables sans aucun problème. L'organisation d'un été est toujours lié à son organisation sociale donc parler de l'un et de l'autre comme deux axes différents est compliqué.
 
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gouvernements et ses qualificatifs - De l'anarchie à la stratocratie.