Partagez
Aller en bas
Rose Noire
Rose Noire
Membre

Nombre de messages : 105
Age : 30
Localisation : Belgique
Distinction : aucune
Date d'inscription : 16/12/2012

Master Fate Empty Master Fate

le Jeu 4 Avr 2013 - 18:06
Voila, je me présente à vous avec ce modeste texte parce que j'en ai envie. lol!

Plus sérieusement, c'est un prologue que j'ai écris il y a 3 ou 4 ans.
A l'époque j'était très malade (clouée au lit pendant 3 mois plus 1 an pour me réalimenter et me réhabituer à marcher)

En vrai, j'ai écris bien plus qu'un prologue mais le reste ne me plait pas (on sent bien que j'ai vraiment cru que j'allais mourir et donc c'est écris un peu trop nié à mon gouts)

Je préviens que je ne vais pas mettre tout le prologue en une fois.
Si vous aimez, je posterais la suite bien évidemment. Embarassed sinon Master Fate 722415 . lol!


Spoiler:
Cette histoire prend ses racines dans un monde parallèle au nôtre, un monde qui ressemble beaucoup à celui que l'on connait mais qui toutefois évolue plus lentement. Un monde où un amour interdit se finit inévitablement par la mort. C'est ainsi qu'une femme et son nouveau-né se voient contraints de courir dans la forêt en pleine nuit espérant une fin autre que celle fatalement attendue.
- ouin ouin ouin
- Chut mon bébé, tout va bien ne t'en fais pas, ça va aller
La jeune mère venait de se blottir contre le tronc d'un gros chêne, prononçant quelques paroles réconfortantes à l'oreille de son enfant mais hélas elle n'y croyait pas vraiment elle même. Sa longue robe de nuit blanche était encore tachée du sang de son accouchement, ses pieds nus saignaient, écorchés par la course qu'elle venait de faire. Les boucles de ses longs cheveux noir flottaient légèrement sous la fine brise. Ce léger vent caressa son visage, l'aidant ainsi à se calmer et à reprendre son souffle. Elle en profita pour entrouvrir la couverture bleu clair qu'elle tenait serrée contre elle et le doux visage de son bébé apparut. Il avait les yeux d'un bleu saphir si étincelant qu'on ne pouvait en détacher son regard, ses cheveux, d'un blanc semblable à celui de la neige, étaient tout aussi spéciaux. L'enfant regarda sa mère avec beaucoup d'attention, il semblait émerveillé.
- Fouillez par là, ne les laissez pas s'échapper hurla une voix non loin du chêne. Effrayée, la jeune femme reprit sa course. Malheureusement elle n'eut pas le temps d'aller bien loin avant de trébucher sur une racine d'arbres et de tomber en poussant un petit gémissement, alertant ainsi ses poursuivants. Elle n'eut même pas le temps de se relever qu'une dizaine d'hommes en armure, brandissant leur épée l'encerclaient déjà. Le temps de comprendre que sa fuite était terminée, elle entendit le hennissement d'un cheval. En regardant derrière ces poursuivants, elle vit un homme habillé avec des vêtements très nobles mettre pied à terre. Les hommes en armure s'écartèrent pour le laisser regarder leur prise. Il fit quelque pas vers elle en la dévisageant. Un sourire hautement satisfait se dessina sur son visage, son regard était marqué par le mépris qu'il ressentait pour elle. Il ricana avant de lancer
- finissons-en.
Les soldats s'exécutèrent et se lancèrent sur leurs victimes toujours à terre. La jeune femme n'eut que le temps de crier en blottissant son bébé contre elle avant qu'une mystérieuse lumière bleutée ne vienne éblouir les soldats qui, surpris s'arrêtèrent aussitôt. Cette étrange lumière se dirigea vers la jeune mère et sa progéniture jusqu'à les envelopper entièrement. Cela fait, la lumière se changea tout doucement en fumée qui enveloppa les guerriers leurs provoquant une quinte de toux. Quand ces derniers reprirent leur souffle, ils s'aperçurent qu'une ombre été apparue dans le brouillard qui commençait seulement à se dissiper lentement, laissant apparaître la silhouette d'un homme vêtu d'un large kimono au couleur blanche grisonnante. Son visage et ses yeux aux éclats d'or reflétaient le dégoût qu'il avait envers les hommes qui se tenaient devant lui. Ses cheveux, de la même couleur que la lune, flottaient en arrière, à l'exception de deux mèches de couleur rouge comme le sang qui, placées devant son visage, restaient immobiles. Il se retourna vers la jeune femme et tendit vers elle l'une de ses mains griffues.
- « Tu vas bien, Cheyenne ? »
La jeune femme prit sa main pour s'aider à se relever.
- « Maintenant oui, dit elle avec un large sourire »
Elle n'en croyait pas ses yeux, il était venu, il se tenait là tout près d'elle. Son unique amour était venu la sauver. L'homme baissa les yeux sur la couverture.
- « Est-ce mon enfant ? Non ne dit rien, reprit-il, si tu l'aimes autant que le montre ta façon de le tenir alors le fait que je sois son père ou non m ‘importe peu, c'est ton enfant et je le chérirai autant que toi ». La jeune mère ne pu empêcher une larme de joie de couler sur sa joue, elle ferma les yeux en serrant son bébé très fort avant de répondre.
- « Comment peux-tu penser que j'aurais pu supporter la grossesse et l'accouchement d'un enfant qui ne serait pas le tien, tu es tout ce que j'ai et cet enfant, tout ce que je peux te donner ».
Il ferma les yeux et sourit. Un instant plus tard, il les rouvrit et se retourna sur le noble avec un air de défi, son sourire au coin des lèvres montrait beaucoup de satisfaction et de fierté. Voyant cela l'homme aux allures de noble ne pu s'empêcher de bouillir de rage, il se mit même à grogner quelques instants avant d'ordonner à ses soldats d'attaquer.
- « tuez-les », hurla-t-il.
Les guerriers pourtant bien armés hésitèrent tout de même un petit moment avant d'obéir. Ils se regardèrent comme pour se donner du courage avant de s'élancer tous ensemble. Sans hésitation l'heureux père brassa, d'un revers de la main, l'air devant lui. A cet instant les soldats s'immobilisèrent quelques secondes avant d'être projetés dans les airs et d'atterrir quelques mètres plus loin. Ceux qui étaient tombés à même le sol gémissaient. Quand aux plus malchanceux, ils avaient heurtés un tronc d'arbre et avaient, heureusement pour eux, perdu connaissance. Fou de rage après cette défaite, le maître hurla son mécontentement à ses hommes.
- « Bande d'incapables, bons à rien ». Puis, il sortit son épée de son fourreau et se lança sur son adversaire qui esquiva facilement l'attaque. La jeune mère, inquiète pour son amant s'était collée à un tronc d'arbre et ne pouvait plus détacher son regard du combat qui venait de commencer. Elle pensait « comme il est noble. Malgré son imposante puissance, il esquive les coups et attaque juste avec ses griffes, sans plus. Il veut vraiment lui prouver que même ainsi, en se battant comme s'il était faible il peut le battre facilement. Pourtant je me demande s'il ne devrait pas en finir au plus vite mais … je comprends qu'il cherche à l ‘humilier de la sorte ». Le combat faisait rage. L'homme à l'épée n'avait rien à envier en ce qui concernait le combat. En effet, c'était sans aucun doute le meilleur épéiste de ce monde et sûrement la raison de son rang de noble, pourtant son adversaire esquivait assez aisément ses attaques et attendait passivement de trouver une faille à sa défense pour mettre un terme à ce duel dont pour lui, le résultat était d'une logique implacable. Soudain un petit sifflement fendit l'air suivit d'un horrible hurlement de douleur.
- « Aaaaaaaaaahhh !! »
C'était la jeune mère qui venait de se faire transpercer par des flèches tirées en rafale, par un groupe d'archets qui, profitant de l'inattention des deux combattants, s'était glissé derrière un bosquet. Les deux hommes fixèrent un moment la jeune femme avant de comprendre. Elle était maintenant assise sur le sol, les yeux fermés, une flèche dans la jambe gauche et une autre dans la poitrine.


j'espère que vous aurais aimé et vous voudrez voir la suite. study

Evidemment, je n'autorise pas que l'on prennent mes textes geek

dricc
dricc
Membre

Nombre de messages : 2757
Localisation : Lille
Distinction : Altruiste - Incarnation de la Patience [Mist']
Date d'inscription : 10/08/2009

Master Fate Empty Re: Master Fate

le Jeu 25 Avr 2013 - 17:29
Peu de réactions visiblement ... en effet , les scénarios ont du mal à passioner , pourtant beaucoup ont des leçons à prendre à ce sujet .

Tu nous a fait là un texte bien écrit , conté de façon plaisante à lire . Mais c'est tout de meme hyper classique . ça me rappele fortement l'histoire du sourcier .

Bon tout de memes : "archers" et pas "archets" . Sinon , c'est l'instrument pour jouer du violon Smile

PS : On est ravi de savoir que tu vas mieux Wink
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum