Partagez
Aller en bas
vickymichaelis
vickymichaelis
Membre

Nombre de messages : 318
Age : 26
Localisation : dans un fromage
Distinction : aucune
Date d'inscription : 15/01/2013

Nino Empty Nino

le Mer 23 Jan 2013 - 11:09
Bon, alors je me decide a montrer au moins l'une de mes histoires (la moins bonne en faite XD)
Avec celle-ci, j'ai gagner un concours pour qu'elle soit publier dans un magazine...qui finalement n'a pas été imprimé...
C'est une histoire triste, et assez tordue, il s'agit de l'histoire qui correspond au dernier dessin que j'avais poster dans mon premier post, dans mon topic de dessins.

je vais mettre chapitre par chapitre, selon si vous voulez la suite ou non.
Je présise aussi que ce n'est pas un roman mais une nouvelle, donc il n'est pas très long.

Nino


Chapitre 1


« Bonjour les enfants, bienvenu en CE2 »
Les enfants se turent lorsque l’institutrice entra. Elle était très jolie. Ses yeux étaient noisettes et elle avait de longs cheveux bruns, retenus par un serre-tête blanc. Elle portait un tailleur blanc et rose qui lui allait très bien. Elle déposa son sac et vint se mettre face à ses élèves, debout devant le tableau.
« Vous vous connaissez peut-être déjà. Continua t-elle. Mais moi, je suis la nouvelle institutrice, alors nous allons faire connaissance avant de commencer, vous voulez bien ? »
Elle sourit à l’approbation des enfants.
« Je m’appelle Christine Eveblie, et je vous apprendrais tout ce que vous avez besoin de savoir. Maintenant, vous allez chacun votre tour venir à coter de moi pour vous présenter. Commençons par toi jeune fille. »
Elle désigna une petite fille, avec des couettes blondes, au premier rang qui se leva, enthousiaste.
Les élèves se présentèrent chacun leur tour, répondant aux questions de leur gentille maîtresse.

Quand vint enfin le dernier élève. C’était un petit garçon, silencieux depuis le début, bien qu’il ait l’air apprécier de tous les autres. Ses cheveux, coupés au carré et légèrement frisés, étaient d’un roux tellement foncés qu’ils en étaient rouges et ses yeux d’un bleu clair magnifique semblaient être faits d’innocence pure. Il portait cependant des vêtements trop grands, son pull blanc tombait de ses épaules et descendait jusqu’à la moitié de ses cuisses et les manches recouvrait les mains tandis que son pantalon était maintenu en place par une ceinture serrée au dernier cran.
Seules les chaussures étaient à sa taille. Il tortillait ses doigts derrière son dos, semblant un peu gêné.
La maîtresse lui sourit tendrement.
« Alors, dis-moi ton nom mon garçon.
-C’est Nino. Murmura l’enfant.
-Nino ? C’est Espagnol.
-Ma maman était espagnole...
-Nino ? Pourquoi parles-tu au passé en parlant de ta maman ?
-Ma maman est morte 2 ans après ma naissance.
-Oh... Et ton papa il fait quoi ?
-Il est mort un jour avant ma naissance.
-Mais... Qui s’occupe de toi ?
-C’est mon grand-frère.
-Et ton grand frère que fait-il ?
-Il vient de devenir scientifique.
-Il ne doit pas être souvent là alors.
-Bien sûr que si, il peut quitter so travaille quand il veut.
-Comment ça ? »
Nino regarda la jeune femme qui semblait perplexe. Il avança jusqu’à une table sur laquelle était empilés des journaux, prenant celui d’aujourd’hui en le donnant à l’institutrice, désignant le gros titre.
« Le plus jeune scientifique du monde, et pourtant le meilleur. Lut Nino.
-C’est... C’est ton frère ? Alonzo De Madora ?
-Oui.
-Eh bien, tu en as de la chance. »
La maîtresse lui sourit et le renvoya gentiment à sa place, commençant alors son cours. Lorsque la sonnerie retentit une dernière fois, à la fin de la journée, les élèves se précipitèrent à l’extérieur pour raconter leur journée à leurs parents.
Nino aperçu alors son frère qui approchait de l’école, de l’autre côté de la route.

C’était un homme de 19 ans. De beaux cheveux rouges, longs devant et courts derrière, et de magnifiques yeux bleus, un peu plus foncés que ceux de son petit frère, il portait un jean et un pull noir. Nino sourit et se précipita à lui. Il s’arrêta cependant devant la route, regardant à droite et à gauche avant de traverser... Une moto arriva à une vitesse folle et percuta de plein fouet l’enfant sous les yeux de ses camarades et de son frère. Le conducteur tomba avec sa moto, glissant sur plusieurs mètres mais personne ne s’en préoccupa.
Alonzo qui s’était figé d’horreur ne pris pas le temps de courir jusqu’au passage piéton, il sauta par dessus les barrières pour courir droit vers son petit frère, s’agenouillant à ses côtés en pleurant tandis que l’institutrice, sortie car alertée par le bruit, se dépêchait d’appeler une ambulance.
« Nino ! Cria Alonzo. Nino ! Nino je t’en pris ! Me fais pas ça ! Pas toi ! Nino ! Nino !! »
Lorsque l’adulte essaya de le secouer doucement, il vit avec horreur une flaque de sang s’agrandir autour du petit corps. Il se hâta de prendre son pouls... inexistant...
Toutes les voitures s’étaient arrêtées, certains parents se dépêchèrent de partir pour éviter ce spectacle à leurs enfants, d’autres restaient figés là. Lorsque l’ambulance arriva enfin, les médecins examinèrent rapidement le corps avant de le couvrir d’un drap après l’avoir poser sur le brancard, s’excusant auprès d’Alonzo d’avoir mis tant de temps...

Le jour de l’enterrement, toute la classe de Nino était là. Quelques collègues d’Alonzo étaient venus aussi. Alonzo resta seul devant la tombe à la fin de l’enterrement mais l’un des scientifiques vint le voir. Un bel homme de 30 ans, blond aux yeux bleus, il n’eut à faire qu’un seul geste pour qu’Alonzo se décide à se lever, mais au lieu de suivre son collègue, il parti vers chez lui...
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum